About

Les Secrets de l'attraction

Les différents types de dyspraxies

Les recherches cliniques font ressortir différents types de dyspraxies :
  • Dyspraxie idéatoire : trouble de la succession chronologique des différentes étapes dans la réalisation du geste pour manipuler l’objet.
  • Dyspraxie idéomotrice : trouble de l’organisation du geste moteur en l’absence de manipulation réelle de l’objet (faire semblant de, imiter des gestes…).
  • Dyspraxie visuoconstructive : troubles qui se révèlent dans les activités d’assemblage et de construction.
  • Dyspraxie visuospatiale : trouble de l’organisation spatiale et de la structuration spatiale (reproduction de dessins…).
  • Dyspraxie de l’habillage – se distingue d’un problème éducatif : difficultés pour s’habiller seul (boutonner par exemple).
  • Dyspraxie bucco-linguo-faciale : difficultés pour réaliser les programmations motrices telles que souffler, siffler, tirer la langue…
Selon les résultats des recherches scientifiques, des analyses en cluster ont mis en évidence différents sous-types de troubles, qui sont cependant peu communs entre les différents auteurs (troubles de la coordination des membres supérieurs, déficit dans l’équilibre, déficit des gestes séquentiels, trouble de la sensibilité kinesthésique, retard global dans toutes les mesures, etc.).
Le problème de ces recherches est que les mesures utilisées sont des tests moteurs différents et sont essentiellement le M-ABC (Henderson, Sugden, 1992) ou le Bruininks-Oseretsky (Bruininks, 1978), ne permettant pas de comprendre les marqueurs spécifiques neurodéveloppementaux. De plus, il manque dans ces études l’association de tests complémentaires visuospatiaux, gnosiques… et surtout un examen neuromusculaire du tonus afin de mieux comprendre la sémiologie du trouble. Seules des études françaises comme celles d’Ajuriaguerra et de Stambak (1969), d’Albaret et al. (1995), de Vaivre-Douret (2007a) associent des épreuves du tonus et des épreuves visuospatiales.

D’une façon générale, les évaluations visuoperceptive et/ou visuospatiale sont très peu investiguées dans les études internationales, ce qui ne permet pas de mettre en évidence la spécificité de la dyspraxie visuospatiale. En outre, la limitation dans le choix des tests utilisés dans toutes les études ne permet pas de mettre en évidence les comorbidités et les troubles neurologiques mineurs associés à la dyspraxie développementale (Vaivre-Douret, 2007a), qui permettraient de mieux comprendre sa typologie et la nature des troubles.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --