About

Les Secrets de l'attraction

Ce qui détermine la personnalité de votre enfant

La personnalité d’un individu, adulte ou enfant, est faites de plusieurs éléments que j’ai regroupés en trois «cases ».

1.  Le « kit de base », c’est-à-dire les éléments innés chez l’enfant. Son tempérament à la naissance (anxieux, enjoué, patient, agité, etc.), son type d’intelligence (QI, intelligence émotionnelle, type analytique, type concret, etc.), son style d’apprentissage prédominant (visuel, auditif, kinesthésique), des particularités neurologiques (sensibilité sensorielles, déficit d’attention, problèmes de santé mentale, etc.) Cette partie est principalement issue de la génétique de l’enfant.

2.   Ses parents ou  comment il a été élevé (les règles, les valeurs, affection reçu, l’image renvoyée par ses parents, etc.) Ici, il faut voir comment les parents réagissent au « kit de base » de l’enfant en fonction de leur propre personnalité. Ainsi un parent réservé qui élève un enfant au tempérament opposant et fonceur risque d’avoir parfois du mal à ajuster ses interventions.

3.   Son environnement : ses amis, son école, son quartier, ce qu’il voit à la télé ou autour de lui, les sports qu’il pratique et avec qui, etc. L’entourage influence nécessairement le développement de la personnalité.

4.   Les événements marquants de sa vie (séparation des parents, mort d’un proche, pauvreté, voyages, déménagements, médaille gagnée, la fois où tout le monde a rit de lui lors d’un exposé oral, la fierté ressenti lorsqu’il a fabriqué un taco avec son père, etc.)

Tous ces aspects sont reliés et s’influencent les uns les autres. Ainsi, un enfant qui aurait les meilleurs parents du monde peut avoir des troubles de comportement s’il vit des bouleversements majeurs et est entouré dans son quartier de voyous ou de drogués. Par contre, s’il a un tempérament fort et indépendant, il réagira différemment d’un enfant qui serait « insécure » ou opposant.  OUF!  IL faut donc, dans notre façon de l’élever tenir compte de tout ça… Pas étonnant, donc, que parfois on ne sache plus à quel saint se vouer…

Comme parent, on doit ajuster l’encadrement des enfants en fonction du tempérament de chacun (certains ont besoin d’un cadre très rigide alors que d’autres vont réagir négativement face à un excès de contrôle et réagirons mieux lorsqu’on leur fait confiance. Ils auront aussi besoin de davantage de soutien dans certaines périodes.


Respecter ce qu’est l’enfant
  
Il convient donc d’observer notre enfant et de tenter de mieux saisir qui il est, de façon répondre à ses besoins particulier. Dans une même famille, il se peut donc qu’il y ait des enfants aux besoins différents et ce sera alors mon rôle de parents d’ajuster ma façon de faire afin de répondre aux besoins de chacun.

  • L’enfant de type anxieux aura besoin d’un encadrement clair et très constant alors qu’un autre enfant peut aisément s’accommoder de davantage de souplesse dans les règles et routines.

  • Certains enfants manifestent un besoin important de bouger, alors que d’autres auront davantage besoin de calme et de tranquillité après une journée à l’école.

  • Lorsqu’on veut aider un enfant à comprendre et intégrer quelque chose, on doit tenir compte de son mode d’apprentissage :
    • Les auditifs auront davantage besoin qu’on leur explique les choses. Ils ont besoin de comprendre.
    • Les visuels auront davantage de facilité à saisir avec des images, des pictogrammes (ex : routines illustrées) et des exemples qui leur permettrons de se faire des images mentales.
    • Alors que les kinesthésiques, qui apprennent par l’expérience, auront besoin qu’on fasse avec eux des exercices concrets, des mises en situations ou des expériences. 

Il faut aussi cesser de tenter de modifier la personnalité de notre enfant et, au contraire, l’aider à s’accepter tel qu’il est  et utiliser sa personnalité de façon positive.

  • Ainsi, l’enfant actif n’est pas seulement turbulent, c’est aussi une enfant dynamique et souvent travaillant. Plutôt que de lui demander d’être sage, il serait préférable de lui donner quelque chose à faire, de l’utiliser en classe comme commissionnaire, etc.

  • Plutôt que de multiplier des mesures punitives envers l’enfant qui fait le clown en classe, pourquoi ne pas l’inscrire en théâtre ou le mettre à contribution afin qu’il donne un coup de main aux autres ou vienne expliquer quelque chose au tableau.

  • Quant à l’enfant lunatique, c’est souvent un grand rêveur très créatif. Aidez-le à développer ce talent en l’aidant à écrire les histoires fantastiques qui peuplent son imaginaire plutôt que de « piocher » dessus afin d’en faire un rationnel!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --