About

Les Secrets de l'attraction

Comment aider les enfants à affronter leurs peurs

Tous les enfants ont des peurs. C’est un aspect normal et sain du développement. Des choses qui semblent inoffensives aux adultes peuvent effrayer les enfants. Si vous faites preuve de compréhension, de patience et utilisez des paroles rassurantes, vous pouvez aider votre enfant à affronter ses peurs.
En général, les craintes de l’enfant sont liées à son âge. Les enfants n’éprouvent pas tous les mêmes peurs, mais il peut être utile de comprendre les différentes peurs que ressentent les enfants selon leur âge :

Les bébés (de 8 à 12 mois)

  • À cet âge, les bébés commencent à remarquer la différence entre les situations qu’ils connaissent et celles qu’ils ne connaissent pas. L’anxiété de séparation, le sentiment de panique ou d’anxiété qu’il ressent lorsque vous quittez la pièce, atteint généralement un sommet vers l’âge de 8 ou 9 mois. Les étrangers peuvent causer de l’inquiétude au bébé par intermittence tout au long de ses deux premières années de vie.
  • Les bébés plus âgés sont souvent effrayés par des situations quotidiennes qui ne les dérangeaient pas lorsqu’ils étaient plus jeunes. Ils peuvent se mettre à avoir peur des personnes qu’ils ne connaissent pas ou de nouvelles situations.

Les tout-petits et les enfants d’âge préscolaire (de 2 à 4 ans)

  • Les jeunes enfants ont une vive imagination. Ils peuvent avoir de la difficulté à comprendre la différence entre la réalité et le monde imaginaire.
  • À 3 ans, votre enfant devrait être en mesure de se séparer de vous sans trop pleurer ou s’agripper à vous, et même l’enfant de 3 ans le plus peureux devrait s’adapter aux nouvelles situations en l’espace de quelques semaines. Autrement, parlez-en à son médecin.
  • Un tout-petit inventera des dangers imaginaires à partir d’ombres dans une pièce sombre ou d’un masque qui recouvre un visage familier. Des situations quotidiennes peuvent l’effrayer, comme l’heure du coucher ou aller chez le médecin. Il peut craindre de choses qui font du bruit et qu’il ne peut pas comprendre, comme un aspirateur ou la chasse d’eau. Pour un adulte, les peurs des tout-petits peuvent avoir des origines rationnelles ou irrationnelles. Quoi qu’il en soit, il est important de prendre les peurs de votre enfant au sérieux. Ne vous moquez jamais de lui parce qu’il a peur.
  • À cet âge, les enfants ont une pensée concrète (ils comprennent le sens littéral des choses). Ils peuvent être effrayés par des remarques et des blagues faites par des adultes. Faites attention à ce que vous dites devant votre enfant.
  • Votre enfant peut faire des cauchemars qui le réveillent. Si cette situation se produit, il aura peut-être besoin de se faire rassurer en se faisant expliquer que les choses qu’il a vues en rêve ne sont pas réelles. Parlez-lui et restez auprès de lui jusqu’à ce qu’il s’endorme.
  • Les terreurs nocturnes sont différentes des cauchemars. Les enfants qui ont des terreurs nocturnes peuvent se réveiller en criant et en se débattant, mais ils ne sont que partiellement réveillés et n’auront pas nécessairement conscience de vos interventions. Ils ne réagiront pas à votre présence et se rendormiront sans s’être réveillés complètement. Ils ne s’en souviendront pas le lendemain.

Les enfants d’âge scolaire (5 ans et plus)

  • À cet âge, les craintes ont tendance à être plus ancrées dans la réalité, comme des tempêtes, des incendies ou des blessures. Mais la peur peut être disproportionnée par rapport au risque que la situation se produise. En général, à mesure que les enfants en savent davantage et commencent à mieux comprendre ce qu’est un véritable danger et ce qui n’en est pas un, ces craintes disparaissent.
  • Les enfants plus âgés s’inquiètent souvent du mariage ou de la santé de leurs parents et peuvent facilement exagérer des désaccords ou des plaintes sans importance. Il est préférable d’avoir ce type de conversations en privé, loin de vos enfants.
  • L’exposition aux médias peut également soulever des craintes chez les jeunes enfants. Les images des films, des jeux vidéo, des vidéoclips, de sites Web et même des nouvelles télévisés peuvent les effrayer.
  • Les enfants plus âgés peuvent exprimer leurs craintes d’autres façons qu’en pleurant. Ils peuvent se ronger les ongles, trembler ou se sucer le pouce, ou « passer à l’acte ». Puisqu’ils ne vous diront pas nécessairement qu’ils ont peur, surveillez les signes.

Ce que les parents peuvent faire

  • Ne forcez jamais votre enfant à affronter une peur avant d’y être prêt. Présentez-lui une situation difficile de manière lente et attentive. N’oubliez pas de complimenter abondamment votre enfant lorsqu’il fait une chose dont il avait peur.
  • Posez toujours des questions à votre enfant pour comprendre la situation et vous assurer qu’il est en sécurité.
  • Acceptez le fait que la peur est réelle pour votre enfant. Ne dépréciez pas votre enfant et ne vous moquez pas de lui.
  • Prévoyez que certaines choses peuvent effrayer votre enfant et aidez-le à s’y préparer. Par exemple, avertissez-le si vous vous rendez dans une maison où il y a un gros chien ou si vous sortez.
  • Vous pouvez aider votre enfant à se défaire de sa peur en lui lisant des livres, en inventant des histoires ou en exprimant des situations qui traitent de sa peur. Le fait de dessiner un monstre peut l’aider à exprimer ses peurs et à comprendre qu’elles ne sont pas réelles.
  • Essayez de désensibiliser votre enfant à l’objet ou à la situation qui l’effraie. L’utilisation d’un camion de pompiers jouet peut l’aider à réduire la crainte qu’il éprouve envers le véritable camion.
  • Aidez votre enfant à se sentir physiquement en sécurité en lui faisant des câlins, en lui tenant la main et en étant près de lui. Vous pouvez aussi lui apprendre à prendre des respirations longues et profondes pour réduire son anxiété.
  • Encouragez votre enfant à partager ses peurs avec une poupée ou un toutou.
  • Tentez de ne pas renforcer sa peur en ayant vous-même peur. Tout signe d’inquiétude de votre part envers une situation peut faire paniquer un enfant effrayé.
  • Limitez l’exposition de votre enfant aux médias, qui peuvent éveiller des peurs ou les aggraver, y compris la télévision, les films, les jeux vidéo, Internet et même les documents imprimés. Vous pouvez aussi contribuer à inculquer de bonnes habitudes médiatiques à votre enfant, afin de l’aider à connaître la différence entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Que sont les phobies?

Les phobies dépassent les peurs normales et gérables qu’ont la plupart des enfants et peuvent empêcher votre enfant de poursuivre sa routine quotidienne. Les tout-petits peuvent acquérir des phobies s’ils ont vécu un événement traumatique comme un étouffement ou une quasi-noyade. Si votre enfant a toujours peur de la même chose et demeure inconsolable, souvent à la seule pensée de sa peur, il a peut-être une phobie et devrait voir un médecin.
Si vous ou votre partenaire avez des antécédents familiaux de phobie, votre enfant pourrait être plus susceptible d’en avoir une. Assurez-vous de parler au médecin de votre enfant de la santé affective de votre famille.

Quand appeler le médecin

Consultez le médecin de votre enfant si :
  • les craintes de votre enfant commencent à nuire à ses activités quotidiennes habituelles.
  • il semble anxieux la plupart du temps.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --