About

Les Secrets de l'attraction

Comment vaincre la peur ?

Quelle est la différence entre une peur et une phobie ? Une phobie, c'est une peur que nous n'arrivons pas à contrôler par notre volonté. La peur normale est pénible, mais elle ne déclenche pas d'attaques de panique ; la phobie, si. Un phobique perd tous ses moyens. Une peur normale, même au prix de grandes difficultés, on pourra la surmonter ; alors qu'une peur phobique est quasiment impossible à affronter ou à calmer.

Pourquoi devient-on phobique ?
Une phobie vient d'un mélange d'inné et d'acquis. Nous avons tous des peurs spécifiques. Comme les souris ont une peur innée des chats, l'être humain a une peur innée de la violence, de la séparation, de l'inconnu…
En grandissant, nous allons apprendre à surmonter ces peurs. Sauf si notre environnement ne nous y aide pas, parce que nos parents eux-même manifestent de la peur, par exemple, ou bien parce que nous avons vécu une mauvaise expérience. Ainsi, la peur innée des chiens peut être aggravée et devenir phobique parce vous avez été mordu par un chien, ou que vous avez vu un film avec des chiens méchants… Certaines personnes, de plus, ont davantage d'émotivité que d'autres. La phobie naît donc de l'addition d'une peur génétique, d'un caractère, et d'un vécu.

Comment lutter concrètement contre ses phobies ?
Pour lutter contre ces peurs excessives, il faut d'abord ne pas en avoir honte. Il faut se dire qu'on n'est pas plus responsable de ces peurs que d'avoir une allergie, une hypertension artérielle, ou du diabète… Il ne faut donc pas culpabiliser, mais considérer ses phobies comme le dérèglement d'un phénomène de peur au départ naturel.
Ensuite, pour remettre la peur à sa juste place, il s'agit d'apprendre à la maîtriser, avec des travaux pratiques. Ces "exercices" consistent à se confronter à sa peur, de manière progressive et surtout très régulière. En faisant ce travail de manière consciencieuse, on arrive à modifier sa biologie de la peur : le cerveau, ou plus exactement l'amygdale cérébrale qui est le centre de la peur, commence à réagir différemment.

Quel est le travail psychologique à effectuer en complément de ces exercices pratiques ?
Effectivement, il ne faut pas se contenter du "passage en force" par la pratique, mais complèter par une approche psychologique. La psychanalyse peut être utile pour remonter aux origines de la peur et les décrypter.
Mais il faut surtout développer ce que j'appelle une "sagesse de la peur" : accepter de regarder en face les scénarios-catastrophe. Les phobiques des chiens ont peur de se faire mordre, les claustrophobes de s'étouffer, les phobiques sociaux d'avoir des remarques désobligeantes… On demande au patient d'accepter que cela puisse arriver.
Personne ne peut vivre avec le risque zéro. On ne peut par exemple pas espérer qu'on ne sera jamais ridicule en public, qu'on n'aura jamais d'accident, etc… La solution n'est pas de verrouiller sa vie pour essayer que cela n'arrive pas, mais d'intégrer que ces choses-là font partie des risques de la vie

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --