About

Les Secrets de l'attraction

Comment se manifeste le sentiment de culpabilité?

Comment se manifeste le sentiment de culpabilité?

Rappelons la distinction essentielle qui doit être faite entre :
• La culpabilité qui est un fait objectif : quand on commet un acte répréhensible, on est coupable, qu'on le sente ou non.
• Le sentiment de culpabilité qui est de l'ordre du subjectif : ainsi une personne peut ne pas se sentir coupable d'un acte répréhensible, et par contre se sentir coupable d'un acte qui ne l'est pas.
L'exemple classique est celui d'Eichmann, ce grand criminel nazi qui à son procès ne se reconnut coupable d'aucun crime, mais rougit de confusion lorsque le procureur lui reprocha de ne pas s'être levé au moment du verdict comme il aurait dû le faire.

LES COMPORTEMENTS RÉPÉTITIFS.
On trouve beaucoup de comportements répétitifs qui cachent un sentiment de culpabilité.

Ce sentiment n'apparaît pas à visage découvert, mais se cache derrière certains comportements répétitifs que l'on peut repérer soi-même.

Par exemple Joël échoue régulièrement à ses examens. Il a du mal à croire que c'est parce qu'il se sent coupable de prendre la place de son frère victime d'un accident qui l'a laissé paralysé.

Voici quelques comportements pouvant indiquer qu'un client se sent coupable :
• le sujet éprouve des difficultés à se profiter du plaisir, à prendre des vacances, à " perdre son temps " Parce qu'il se sent indigne.
• Il choisit un conjoint ou un métier qui ne lui convient pas, dans le but de se punir. Si le bonheur croise sa route, il le transforme en malheur.
• Il refuse ou accepte mal un mot d'affection ou un compliment car Il s'accable de reproches, se croit responsable des conflits ou des erreurs de ses proches.
• il se sent coupable chaque fois qu'il trouve plaisir à quelque chose, car ses parents lui ont appris que la vie n'est que devoirs et sacrifice.
• Il se sent insécurisé face aux autres, croit que ceux-ci ne l'aiment pas.
• Il dit oui à tout ce qu'on lui demande. Cette attitude dénote sa culpabilité cachée. Sous couvert d'altruisme, il se force à nier sa liberté individuelle et son besoin de repos.
• Il critique les autres en projetant inconsciemment ses propres fautes sur eux.
• Il a des problèmes sexuels qui trouvent racine dans des expériences sexuelles hors mariage, des abus sexuels subis dans son passé (la victime se sent coupable) ou dans le fait d'avoir eu un père dominateur ou une mère castratrice.
• Il protège une personne qui dans le passé lui a fait subir un traumatisme grave. Parce qu'il ne peut se permettre d'accuser le vrai coupable (père, mère, membre de la famille ou ami) il s'auto-punit inconsciemment, pensant ainsi protéger le coupable.

Influence parentale, et sentiment de culpabilité.

Une des causes les plus fréquentes qui favorisent et intensifient le sentiment de culpabilité, ce sont les auto-accusations erronées et les messages destructeurs provenant des parents. Le sujet se punit comme si ces accusations et ces messages erronés étaient réels.
Quelles sont les six accusations ou les crimes imaginaires les plus courants qui favorisent chez un sujet le sentiment de culpabilité :
1. Surpasser les membres de sa famille

Le sujet se sent coupable de dépasser un de ses proches, par exemple s'il est heureux alors que sa mère est dépressive, s'il est séduisant alors que son frère n'avait aucun succès auprès des filles, s'il est devenu cadre supérieur alors que son père est manœuvre.

Cette accusation repose sur deux convictions inconscientes et erronées :

- Si je jouis des joies de l'existence, cela signifie que je les prends toutes, sans en laisser pour ma famille.
- Si j'atteins mes buts, j'humilie mes proches qui, eux, n'y sont pas parvenus.

Le sentiment de culpabilité du sujet dépend de la réaction de ses parents à sa réussite. S'ils en sont contrariés ou si leur vie est une suite d'échecs, il pensera que c'est de sa faute et il sabotera sa propre vie avec d'autant plus d'énergie.

2. Être un fardeau

Un sujet peut croire qu'il a été une charge pour ses parents et que, s'il avait été plus intelligent, en meilleure santé ou plus discipliné, ceux-ci auraient été plus heureux. S'il a été un enfant débordant d'activité, il pense avoir fatigué sa mère qui aimait le calme. Il aurait aimé ressembler à son frère qui, lui, était un enfant tranquille et satisfaisait sa mère.
3. Voler l'amour de ses parents

Cette accusation est celui dont s'accuse le sujet qui était le préféré de ses parents. Il pense qu'en recevant l'amour dont un frère, ou une sœur, semblait avoir besoin pour s'épanouir, il lui a volé la force vitale qui l'aurait rendu heureux. C'est un peu comme si sa mère l'avait trop nourri en laissant son frère mourir de faim.

Le sujet a aussi parfois l'impression d'avoir volé de l'amour si l'un de ses parents l'aimait plus tendrement qu'il n’aime son conjoint. La culpabilité ici risque d'être forte, car liée au plaisir.

4. Abandonner ses parents

Cette accusation est le fait de devenir indépendant, d'avoir ses propres opinions et de se séparer de ses parents, physiquement et émotionnellement. Certains parents, en se plaignant et en jouant aux martyrs, font comprendre à leur enfant qui devient indépendant, qu'il fait preuve de cruauté. Ils s'attendent à ce qu'il prenne soin d'eux et ne les quitte jamais.

Si un sujet a eu de tels parents, il peut se sentir affreusement coupable et se punir en sabotant sa vie pour expier ce soi-disant crime d'avoir abandonné ses parents.

5. Trahir les siens

Une personne se sent coupable si elle a déçu les espoirs et les attentes de ses parents. Elle a enfreint les règles familiales en ayant des opinions politiques ou religieuses différentes ou en choisissant un métier à l'opposé de celui qu'auraient espéré ses parents. Ceux-ci sont déçus de ce qu'est devenu leur enfant réel par rapport à l'enfant dont ils rêvaient.
La manière la plus fréquente de trahir les siens est de se montrer critique envers eux. Certains parents refusent toute critique, ou en sont bouleversés, alors qu'après tout ils ne sont pas parfaits et sont critiquables.
Même devenu adulte, l'enfant n'ose pas admettre les défauts de ses parents, casser leur image idéalisée.


6. Être fondamentalement mauvais

Certains parents voudraient que leur enfant soit parfait, avant même qu'il ait grandi. Un enfant de trois ans qui laisse tomber une assiette s'entend dire qu'il est méchant, alors qu'il est seulement maladroit. Lorsque ces remarques dévalorisantes sont répétées durant des années, l'enfant en conclut qu'il est réellement et foncièrement mauvais. Plus un enfant est négligé affectivement, mal traité physiquement, voire abusé sexuellement, plus il est convaincu qu'il n'est pas aimé parce qu'il n'est pas digne de l'être. Un enfant serait terrifié d'admettre que ses parents sont psychologiquement perturbés ou pervers, il prend donc tout le blâme sur lui.

Cette conviction qu'il est fondamentalement mauvais n'est pas transmise uniquement par les parents : les frères et sœurs, les professeurs, la société dans son ensemble, jouent aussi un rôle.

Il est possible qu'un sujet se sente coupable de plusieurs accusations ou crimes imaginaires à la fois.

Gilbert, qui est médecin, se reprochera par exemple :
• D'avoir surpassé son père qui était ouvrier en réussissant mieux que lui professionnellement.
• D'avoir abandonné sa mère pour suivre des études médicales.
• D'avoir été un fardeau pour elle.
• D'avoir volé son amour parce que sa mère le préférait à sa jeune sœur moins douée.
Soutien psychologique, et sentiment de culpabilité.
Commencer une relation d'aide ou une thérapie semble pour certains une trahison à l'égard de leurs parents : ils ont du mal à reconnaître que ceux-ci ont parfois mal agi envers eux.
Le psychologue doit savoir que le processus qui permet à son client de devenir conscient de ces fausses culpabilités jusqu'alors inconscientes, est complexe et demande du temps. Ce n'est qu'en comprenant peu à peu ce qui lui est arrivé étant enfant, qu'il pourra comprendre aussi ses accusations et ses crimes imaginaires et, par conséquent, s'en absoudre.

Au fur et à mesure que se relâchera l'emprise de ses sentiments de culpabilité, les conduites d'échec, d'autopunition, de sabotage du succès et d'inaptitude au bonheur régresseront d'autant. S'il ne doit pas s'attendre à une transformation rapide ou facile, il doit cependant être assuré qu'avec le temps, le changement s'opèrera.

Se libérer de la " fausse " culpabilité est un processus dur, mais la récompense est grande, puisqu'il s'agit de la liberté d'être soi-même.
Le client doit comprendre que son tempérament est d'ordre génétique, il n'en est nullement responsable, même si ses parents le trouvaient difficile à élever. Si son père et sa mère ont divorcé, ce n'est pas non plus sa faute ; c'est pourtant ce que croient environ un tiers des enfants de divorcés.
Le psychologue doit aider le client à exprimer sa colère pour le traumatisme subi. C'est cela seul qui le libèrera de sa culpabilité destructrice qui est ici un sentiment racket, une notion d'analyse transactionnelle. Les sentiments authentiques que l'on devrait éprouver devant des sévices, une injustice ou un traumatisme sont la colère, la tristesse et/ou la peur.
Accompagnement spirituel, et sentiment de culpabilité.
Qu'en est-il de la souffrance qui est là, dans cet autre que moi-même, souffrance qui me renvoie à ma propre humanité, avec une histoire, et, dans cette histoire, à ma propre confrontation à la souffrance et au Mal. Ce qui se dit Mal, et dont, à posteriori, je rends témoignage, en tant que Sujet, qu'à le traverser, et de renoncer à le comprendre, j'ai posé une direction, trouvé du sens pour ma vie.
La souffrance est solitude, solitude en tant que hors -communication à l’Autre du langage, communication rompue.
Que dire de cet abîme qu'est la souffrance, l'horreur indescriptible de la souffrance, qu'en dire sinon qu'il ne peut rien s'en dire sauf à la traverser?
La souffrance est abîme, la souffrance est fracture, elle est déchirement. Dans la souffrance, l'être humain se trouve entraîné dans un vertige, vers ce vide qui le ronge et dans lequel il ne voit pas comment vivre, sauf à survivre en s'identifiant à cette mort à soi.

Est t'il possible que JESUS, puisse nous dire quelque chose de la souffrance?

- Souffrance dans le corps, lorsque la douleur nous fait nous réduire à la zone du mal, nous morcelle, nous pré-anéantit, telle la souffrance du crucifier, douleur qui ne peut plus se dire, qui ne peut plus se penser, ni se communiquer, sauf dans les mots des soldats et leurs chefs en disant : ‘ c’est vrai cet homme était le fils de Dieu’.
• Souffrance dans l'âme, souffrance du Sujet dont le regard se rétrécit inexorablement sur le trou noir de la souffrance, se coupant des autres, ne trouvant plus les mots, ne trouvant plus qu'à poser son identité dans la solitude de cette souffrance même, dans une démarche qui dit la mort pour dire encore l'humain, pour exister même si c'est au prix d'exister à la vie.
• Souffrance infinie de l’esprit que celle de la rupture imaginée d’avec Dieu, lorsque le sens se perd.
Dans l’abîme de déraison de la souffrance et du Mal, l’assurance de notre raison même est ébranlée, il nous faut renoncer à tout dire, à tout comprendre. En plus stricte humilité, la parole se pose comme en filigrane pour passer au delà de ce gouffre.

Mais alors, qu'en dire, comment traverser ce désert, cet abîme?
Le prêtre trouvera sa place dans une position qui dira aussi sa finitude, le possible d'un Amour, amour de Dieu envers l’humanité, amour d’un dieu qui c’est fait chair pour rendre l’espoir et le salut a l’humanité.

Cette place est celle de Témoin:
Témoin d'une vérité qui aura été la sienne de la souffrance et du Mal, non dans ce qu'il pourrait en dire, mais dans ce que la parole qu'il peut entendre de cet autre, là, dit de ce qu'il est Sujet, dit d'une traversée possible, dit de la Parole qui va nouer ce Réel, cette souffrance impossible à dire en totalité, qui va trouer l'imaginaire dévastateur de la souffrance, de l'auto accusation, de la désespérance.

Seule la Parole de Dieu pose un pont au dessus de l'abîme de la souffrance, qui ne pourra jamais dire l'abîme, et pourtant qui dira de l'humain et d'un Sens de Vie dans le simple fait qu'une parole, quelqu'elle soit, dans toute sa limitation, peut être et est posée.
C'est de cette position de Sujet et de témoin de ce qu'un nouage est possible que le pretre montre qu'il est une advenue possible du Sujet en se laissant être porteur de Parole. Autre du langage, face à cet autre, et référencié à une transcendance.

J'ajouterais que, dans cette position, le pretre ne peut être figé, puisqu'il dit toujours d'un mystère du Réel qui est venu le rencontrer, lui donner un Sens de Vie au delà de la souffrance inexprimable, puisqu’il renvoie à un Radicalement- Autre qui seul est pleinement Sujet, pleinement numineux, sans la butée de nos impossibles, de nos finitudes, de notre humanité.

Le prêtre peut se laisser être témoin, sans rien en dire, que des moments numineux sont possibles qui permettent d'aller au delà d'une présentification identitaire dans la mort de la souffrance, et ce par un changement de plan.

De cette place qui le pose Sujet, l’éthique permet au pretre le nouage avec ce qui le fait homme, en relation à l'autre de la fraternité irréductible, et en référence à un Radicalement-Autre qui le transcende.

Quand la souffrance est reconnue par un autre comme la trace du surgissement du Sujet, la parole redevient fiable et les ténèbres de l’horreur se déchirent.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --