About

Les Secrets de l'attraction

La Schizophrénie

La Schizophrénie est un trouble psychiatrique relativement fréquent, obscur et souvent mal perçu par le public. Il se traduit par la présence chez le patient d'idées délirantes, de troubles de la perception sensorielle (hallucinations), d'un comportement désorganisé et d'une affectivité anormale, ce qui va résulter en des difficultés à interagir avec son entourage et la société, et ce de manière chronique.


Epidémiologie : on estime à environ 1% la prévalence de personnes qui peuvent être atteints de schizophrénie durant leur vie. Il n'y a pas de différence statistique entre les hommes et les femmes, mais les patients issus de classes sociales plus défavorisées semblent plus vulnérables. On remarquera que la maladie débute le plus souvent entre 15 et 35 ans.

Mécanismes physiopathologiques : de nombreuses hypothèses ont été formulées pour tenter d'expliquer la survenue de la schizophrénie chez un patient, mais aucune ne semble unanime, ce qui nous oriente vers des causes multiples : une prédisposition génétique, une activité cérébrale anormale, notamment au niveau de plusieurs "messagers chimiques" (neurotransmetteurs) comme la Dopamine et la Noradrénaline. Le modèle appelé "stress-diathèse" est souvent utilisé pour illustrer l'apparition de la maladie : un terrain personnel qui prédispose le patient à développer la maladie, puis un stress important qui la déclanche (séparation, drogue, traumatisme émotionnel). L'environnement (famille, relation) joue sans doute un rôle important, notamment dans le cas d'une personne déjà schizophrène dans notre famille.


Symptômes et classification : on a souvent l'habitude de classer les différents symptômes qui caractérisent la Schizophrénie comme symptômes dits "positifs" et "négatifs".

Symptômes positifs :


- Idées délirantes : le patient se construit une réalité différente, ce qui résulte en des idées fausses de persécution, grandeur, pensée mystique (le patient pense être un messager de Dieu par exemple)...

- Hallucinations : le patient perçoit des stimulations sensorielles qui n'existent pas réellement. Elles peuvent toucher tous les sens, mais sont le plus souvent auditives (voix menaçantes, ordres)

- Discours désorganisé : le patient présente, en dehors du contenu anormal de son discours (idées délirantes), un trouble de l'expression de sa pensée (passe du coq à l'âne, incohérent...)

Symptômes négatifs :


- Affect anormal (tonalité des émotions par rapport à l'entourage) : diminution de son intensité (émoussement), labilité émotionnelle...


- Perte de volonté et de plaisir


NB : Ces symptômes seront associés à une difficulté à distinguer les limites du Moi, à un comportement psychomoteur altéré (agitation ou apathie), à des troubles de l'attention...


Pour faire un diagnostic de Schizophrénie, un certain nombre des symptômes cités ici doivent être présents pendant au moins 6 mois et ne pas être reliés à une maladie organique (démence, infection, prise de médicaments ou de substances). Ceci nous amène à discuter du caractère chronique de la Schizophrénie, qui va se présenter classiquement sous la forme d'une détérioration progressive entrecoupée de périodes de "crises" et d'accalmies (rémissions). En général, les symptômes "positifs" (idées délirantes, hallucinations) vont diminuer avec les années tandis que les symptômes "négatifs" (isolement, perte de motivation) auront tendence à perdurer.

Traitement et prise en charge : un patient schizophrène nécessitera un traitement basé sur une approche multiple. Des médicaments seront pris de manière chronique pour diminuer les risques de rechute qui sont importants. Pour cela, on utilisera des Antipsychotiques (ou Neuroleptiques) comme l'Halopéridol ou la Chlorpromazine, qui peuvent cependant avoir des effets secondaires gênants à long terme (troubles du contrôle du mouvement comparables à ceux de la maladie de Parkinson). Une nouvelle génération de médicaments antipsychotiques comme le Rispéridone ou l'Olanzapine ont permis de diminuer ces effets secondaires. Outre ces comprimés, le patient suivra une psychothérapie comportementale ou de groupe pour pouvoir mieux gérer son quotidien et son anxiété, car il faut noter que le risque de suicide est très important chez ces patients (50% feront au moins une tentative de suicide et 10% en mourront effectivement).

Quelques mots enfin sur la prise en charge à long terme, qui comprend des activités dans des ateliers protégés ainsi qu'une aide pour l'hébergement. Afin d'éviter des rechutes, le patient ainsi que ses proches doivent être mis au courant des signes avant-coureurs d'une nouvelle "crise", qui peut se manifester par une attitude perplexe, un état dépressif ou une sensation de terreur, notamment.


NB : à la lumière de ces explications, on comprend que la schizophrénie est à distinguer catégoriquement de la "personnalité multiple" auquel le public l'associe parfois, mais qui entre dans le cadre des troubles dissociatifs, nettement plus rares.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --