About

Les Secrets de l'attraction

Dysfonction érectile 2011

Description

La dysfonction érectile est l'incapacité, fréquente ou régulière, d'obtenir ou de maintenir une érection suffisante du pénis pour entreprendre une relation sexuelle. Alors qu'il arrive occasionnellement à la plupart des hommes de ne pas réussir à avoir une érection, ou de la perdre de façon prématurée, certains hommes éprouvent régulièrement ces difficultés.

Il n'y a pas de statistiques précises sur le nombre d'hommes touchés, mais certains médecins estiment qu'environ la moitié des hommes entre 40 et 70 ans ont fréquemment de la difficulté à obtenir ou à maintenir une érection. Le nombre d'hommes affectés par les dysfonctions érectiles est faible avant l'âge de 40 ans, mais il augmente avec l'âge.

Causes

Une grande variété d'affections, de médicaments, de blessures et de troubles psychologiques peuvent entraîner une dysfonction érectile.

Les causes les plus courantes sont :

des troubles circulatoires - Une érection survient lorsque le sang qui remplit alors le pénis est bloqué par une valvule située à la base de l'organe. Le diabète, la pression artérielle élevée, l'hypercholestérolémie, la présence de caillots et le « durcissement des artères » peuvent empêcher ce processus. Ces troubles circulatoires sont la principale cause des dysfonctions érectiles.

la maladie de La Peyronie - Une affection qui cause une fibrose et des plaques dans les organes génitaux qui réduisent l'irrigation sanguine.

un cancer - Le cancer peut s'attaquer aux nerfs ou aux artères essentiels à l'érection.

une chirurgie - Une chirurgie dans la région du bassin, plus particulièrement une chirurgie pour le cancer de la prostate, peut endommager les nerfs et les artères nécessaires à l'obtention et au maintien de l'érection.

une blessure pelvienne ou de la moelle épinière - Il arrive que les nerfs qui stimulent l'érection soient sectionnés lors d'une blessure.

des troubles hormonaux - Une carence en testostérone (hormone mâle ou androgène) peut découler de divers troubles nerveux et thyroïdiens.

une dépression - Ce trouble est une cause fréquente de dysfonction érectile. La dépression est à la fois un trouble physique et psychique, qui peut avoir des répercussions physiques qui se manifestent même si la personne est à l'aise dans une situation à caractère sexuel.

l'alcoolisme - L'alcoolisme chronique peut entraîner l'impuissance, qu'il y ait ou non de l'alcool dans le sang au moment des relations sexuelles.

le tabagisme - Le fait de fumer des cigarettes provoque une constriction des vaisseaux sanguins. Cela peut réduire la circulation sanguine vers le pénis et ainsi provoquer des difficultés érectiles.

l'anxiété de la performance - La majorité des hommes éprouvent des difficultés à obtenir une érection, à un moment ou à un autre, en raison de leur crainte de ne pas faire bonne figure. Si ce phénomène survient souvent, l'appréhension des relations sexuelles peut déclencher une réaction nerveuse qui prévient l'érection et un cercle vicieux risque de s'établir.

des troubles psychologiques situationnels - Certains hommes n'éprouvent des difficultés que dans certaines situations ou avec certaines personnes. Lorsque leur relation est conflictuelle, les hommes sont parfois incapables d'obtenir une érection avec leur partenaire habituel, mais n'avoir aucune difficulté avec d'autres.

une aversion sexuelle - Il est rare d'éprouver une aversion pour les relations sexuelles. Cette situation est plus fréquente chez les personnes qui ont été victimes d'abus sexuels pendant leur enfance et chez celles qui ont été élevées dans des principes religieux stricts. Cette aversion existe parfois chez des individus homosexuels ou bisexuels qui cherchent à mener une vie hétérosexuelle à l'encontre de leur attirance fondamentale.

des médicaments - Les médicaments suivants entraînent parfois une dysfonction érectile :

  • l'alcool ;
  • les tranquillisants ;
  • les médicaments anticancéreux ;
  • la cocaïne ;
  • les œstrogènes ;
  • les inhibiteurs bêta-adrénergiques et ganglionaires ;
  • les IMAO et les antidépresseurs tricycliques ;
  • les analgésiques narcotiques ;
  • les narcotiques ;
  • les diurétiques thiazidiques prescrits pour contrôler une pression artérielle élevée ;
  • les sédatifs.

Symptômes et Complications

Lorsqu'un homme ne peut obtenir ou maintenir une érection, on parle de difficulté érectile, aussi appelée dysfonction érectile.

Certains hommes ont parfois une érection, par exemple en se réveillant le matin, mais sont incapables d'en obtenir une lors des rapports sexuels avec leur partenaire. C'est souvent l'indice d'un trouble psychologique lié, ou non, à cette relation en particulier.

Lorsqu'un homme qui avait régulièrement des érections constate soudainement qu'il ne peut plus en avoir, il s'agit probablement d'un trouble nerveux ou hormonal, d'un problème de circulation ou des effets de l'alcool, de drogues ou de médicaments.

Si un homme parvient à l'érection mais que son pénis est moins rigide ou que l'érection persiste moins longtemps qu'auparavant, le problème est sans aucun doute d'ordre circulatoire.

Si une chirurgie ou une blessure est en cause, l'origine de la dysfonction érectile est probablement déjà connue. Il importe de parler au médecin des solutions possibles.

Même si la dysfonction érectile entraîne inévitablement de l'anxiété, il importe de conserver avec sa partenaire ou sa conjointe une relation aussi régulière que possible jusqu'à la découverte d'une solution. La médecine moderne et les techniques thérapeutiques peuvent résoudre plus de 90 % des problèmes d'érection.

Traitement et Prévention

Il existe une grande variété de traitements contre la dysfonction érectile, parmi lesquels des comprimés, des injections ou des dispositifs à utiliser immédiatement avant les relations sexuelles. D'autres font appel à la chirurgie.

Les médicaments contre la dysfonction érectile incluent les inhibiteurs de phosphodiestérase, les prostaglandines, la yohimbine et la testostérone.

Les inhibiteurs de phosphodiestérase - Cette catégorie de médicaments inclut le sildénafil, le tadalafil et le vardénafil*. Ils agissent en bloquant une enzyme appelée phosphodiestérase de type 5. Cette enzyme décompose une molécule appelée cGMP. Le blocage de l'enzyme libère davantage de cGMP, ce qui favorise la relaxation des muscles lisses (involontaires) du pénis ; ceci permet un plus grand apport de sang et facilite l'érection. Ces médicaments doivent être pris avant une relation sexuelle et ne sont efficaces que si l'homme est stimulé sexuellement. Le moment de la prise et la durée des effets dépendent du médicament utilisé.

Les effets secondaires les plus courants sont le mal de tête. Il existe toutefois des dangers potentiels d'interaction avec d'autres médicaments. Toute personne qui prend ce médicament doit informer le médecin des autres médicaments consommés, surtout s'il s'agit de nitrates pris en raison d'un trouble cardiaque (par ex. la nitroglycérine en vaporisateur ou en timbres).

Les prostaglandines - L'alprostadil est soit injecté dans le pénis ou inséré dans l'urètre sous forme de pellet (pastille). Il provoque une érection qui persiste généralement environ 60 minutes. Le danger de cette méthode est qu'une dose trop forte risque de provoquer un priapisme, c'est-à-dire une érection persistante. Il peut en résulter une meurtrissure grave, une hémorragie et des douleurs importantes. Lorsque le médecin a déterminé la dose appropriée, le patient peut s'administrer lui-même son injection à domicile.

Pour rendre la médication plus efficace, certains médecins recommandent une combinaison d'alprostadil avec d'autres ingrédients tels que la phentolamine. Ce mélange est préparé en pharmacie selon la prescription du médecin. Il est injecté dans le pénis avant les relations sexuelles.

La yohimbine - Ce médicament est dérivé d'une source naturelle. Il est plus ou moins controversé, mais il s'est révélé utile en cas de dysfonction érectile psychogène, notamment contre l'anxiété de la performance. Il peut accroître la pression artérielle ou agir sur la fonction hépatique.

La testostérone - Ces hormones ne sont utiles que chez les hommes qui souffrent d'un trouble particulier, notamment l'hypogonadisme (petitesse congénitale des testicules), ce qui a pour effet de diminuer le taux normal de testostérone dans le sang. La testostérone augmente l'intérêt pour les activités sexuelles, ainsi que les érections.

L'appareil sous vide - Ces appareils comportent un tube qui est placé sur le pénis et assure un contact étanche avec sa base. En pompant l'air du tube, le sang est attiré dans le pénis. Un anneau installé à la base du pénis permet de maintenir l'érection.

Les implants péniens - Ce traitement nécessite l'implantation permanente de tiges flexibles ou de dispositifs analogues dans le pénis. Les versions simples ont l'inconvénient de provoquer une érection permanente. Les dispositifs les plus récents (et les plus chers) comportent des tiges gonflables activées par une petite pompe et commandées par un interrupteur placé dans le scrotum. Une compression du scrotum entraîne l'érection du pénis, sans qu'il y ait nécessairement une stimulation sexuelle. Le pénis lui-même reste toutefois flasque, de sorte que son diamètre et sa longueur sont généralement moindres que lors d'une érection naturelle. Sa rigidité est également réduite, même si elle est suffisante pour permettre les rapports sexuels.

1 commentaire:

  1. Anonyme13:08

    Excellent article. I will be going through some of these
    issues as well..

    cigarette electronique

    RépondreSupprimer

Nos partenaires

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

--- Bijoux Diamant -- Recherche avec Seek -- Annuaire Québec --